mercredi 29 mai 2013

Un jour, mes parents...

On en parle encore, avec de jolis mots, ici:

"Une petite fille à la robe rouge attend. Entre les murs d’un orphelinat, elle espère trouver sans vraiment chercher. Elle les rêve rien qu’à elle, elle les souhaite rigolos, amoureux, câlins. En attendant son départ, elle se souvient de son arrivée. Un jour, ils viendront, elle le sait.
Un éventail d’émotions tant dans le texte épuré que dans les illustrations à dominance jaune et bleue. Bleu comme le froid de l’attente, de l’orphelinat, des jours trop longs, de tristesse, de solitude. Jaune comme ces ouvertures sur le monde extérieur, comme l’espoir, comme la lueur vers le pays du bonheur, comme ce jour qui arrive enfin. Et un peu de rouge orangé aussi, comme la chaleur des mains tendues, comme les rires parfois, comme la caresse sur la joue, comme la vie qui bat son plein dans le coeur de cette petite fille. Un fil de cerf-volant en filigrane, qui guide, qui tient, qui ne se brise pas, qui autorise les mots et les pensées. Parce que dans cette jolie histoire, c’est le point de vue de l’enfant qu’on entend et qu’on comprend. C’est là l’originalité. Une mention particulière pour la double page sans texte où les illustrations seules émeuvent : 4 mains tendues qui se croisent, un sourire de bonheur : tout est dit."


 Et :


"Ingrid Chabbert croque un morceau, un instant de vie d’une petite fille dans un orphelinat. Un cas particulier, un focus qui ne peut et ne veut en aucun cas refleter toutes les situations existantes. Cet album ne se veut pas un plaidoyer sur le sujet de l’adoption, simplement une jolie histoire. Celle-ci peut paraître édulcorée de prime abord, et nous avons beaucoup parlé et débattu entre collègues, elle évoque le sujet de l’intérieur et non du côté des futurs parents comme très souvent.

Stéphanie Augusseau joue sur l’alternance des couleurs froides et chaudes pour renforcer le récit. L’espoir est illustré par la couleur jaune qui apparaît dans les lucarnes des hauts et épais murs bleus de l’orphelinat. Les attitudes de l’enfant laissent transparaître sa détermination. L’espoir est présent jusqu’à la dernière page de garde, grâce au cerf-volant bleu profond dans l’immensité d’un jaune éclatant et lumineux.
Thierry B."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire