mardi 30 avril 2013

Que de belles critiques!

Vraiment, l'histoire de cette petite fille écrite par Ingrid Chabbert, Un jour, mes parents viendront, touche....
Lisez plutôt:

La librairie Tire-Lire: "Ingrid Chabbert offre ici un texte émouvant autour d’un décor figé qui fait ressortir la lenteur du temps. La palette aux couleurs vives de Stéphanie Augusseau laisse imaginer, sans le définir, un pays lointain. Peu d’albums traitent de l’attente avec le point de vue des enfants dans un orphelinat, attente qui est ici presque palpable. Aucun cliché, aucune banalité ne vient perturber le propos. Les enfants sont bouleversés par la lecture et touchés par la douleur que représente l’abandon et l’attente. Un bel album qui ouvre la discussion sur le fait que chacun n’a pas la chance de grandir dans un foyer douillet dès la plus tendre enfance. A partager avec un large public."

Les lectures de KiK: "Il y a des oranges chauds et des bleus foncés, remplis d'obscurité. Il y a des doubles-pages pleines de vie, mais le plus souvent elles sont remplies de l'attente de cette petite fille à la robe rouge. 
Dans l'orphelinat, depuis qu'on l'a abandonné, elle grandit et elle attend. Elle alterne entre les deux. J'aime beaucoup ces mots utilisés par l'auteur. Dans le texte et dans les images (avec l'alternance, bleu et orange), on sent ces moments d'attente pesants, mais aussi ceux pendant lesquels elle vit avec les autres enfants, dans l'orphelinat. Il y a la vraie vie, celle pendant laquelle elle attend, et ses rêves, dans lesquels elle imagine des parents, rien que pour elle. "


Un commentaire sur Babelio: "Écoute ce que cette petite fille te raconte : son quotidien, ses chagrins, son attente, ses espoirs, cette vie à l'orphelinat auquel elle a été confié peu de temps après sa naissance… et c'est le cœur plein de tendresse que tu rejoindras ton lit…
Mon avis : Dès la première de couverture de cet album, on est happé pour les couleurs vives et éclatantes qui nous présentent une fillette désœuvrée dont l'attitude nous laisse à penser qu'elle est un peu comme entre parenthèses, dans l'attente de quelque chose ou de quelqu'un, le titre nous éclairant ensuite immédiatement sur sa condition d'orpheline. Il y a peu de texte, mais quelle force dans chacune des phrases, voire même dans chacun des mots… le récit n'est absolument pas larmoyant, l'attente étant toujours contrebalancée par l'espoir dont la petite fille fait preuve. Les illustrations intensifient encore la puissance du texte, aussi bien par le trait que par les teintes utilisées. Les décors occupent beaucoup d'espace comme pour mieux signifier cette attente que peu d'événements viennent troubler… J'ai un coup de cœur particulier pour la double page imageant les parents que l'enfant s'imagine en rêve : des dessins tout en courbes, des visages sans traits physiques, des attitudes pleines de vie et de tendresse. Un ouvrage bien utile pour rappeler aux petits comme aux grands que tout le monde n'a pas la chance de pouvoir se sentir en sécurité, bien à l'abri du cocon familial…"
 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire